Le bulldozer et l’olivier

Le bulldozer et l’olivier retrace l’histoire récente de la Palestine et d’Israël. Sans presque les nommer. La parole nous est directement adressée comme dans un conte classique. «L’olivier est là. Il est là depuis longtemps. Il est bien vieux maintenant… Un beau matin, débarque le bulldozer. Le bulldozer dit à l’olivier qu’il n’a plus rien à faire ici, maintenant, ici, c’est chez lui, il était là avant.
La question de la résistance et de l’attachement à la terre est posée avec des mots simples. L’histoire, entrecoupée de dialogues, chansons, proverbes, poèmes, rentre petit à petit de plein pied dans le réel jusqu’à la douleur. Les paysages créés par la musique défilent. Du hip hop au jazz contemporain, la flûtiste franco-syrienne Naïssam Jalal et le rappeur palestinien Osloob éclairent ou décalent les mots du conteur et auteur Yvan Corbineau. Une parole poétique nécessaire pour évoquer toute lutte pour une terre.


Dans le cadre de la 9e édition du festival Détours de Babel


Production : (presque) auto-production Le 7 au Soir. accueil en résidence : Vélo Théâtre – Apt (84), Le festival Aux heures d’été à Nantes (44), La dérive – Pont Menou dans les Bois (29), La saillante, Le théâtre Dunois – Paris (75), Le Deux pièces cuisine – Le Blanc Mesnil (93), L’Échangeur – Bagnolet (93). Image © T. Carron – Divergence